L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

« Une sélection des meilleures expositions à voir actuellement à Paris et en Ile de France »

Expo à Paris

L’exceptionnelle collection Al-Thani s’expose à l’Hôtel de la Marine à Paris.

Quelque 120 objets d’art et bijoux de toute beauté sont rassemblés dans un nouvel espace de 400 m2 au sein de l’Hôtel de la Marine restauré. Des pièces exceptionnelles couvrant une longue période, de l’Antiquité au XIXe siècle, véritables chefs-d’œuvre de l’expression créative à travers les âges et différentes civilisations.

Le voilà restauré ! L’ancien siège de l’état-major de la Marine, à l’origine Garde-Meuble de la Couronne jusqu’à la Révolution de 1789, devient le nouvel écrin pour la collection du cheikh qatari Hamad Ben Abdullah Al-Thani. D’aucuns s’en offusqueront, n’y voyant que le pouvoir de l’argent du gaz ou du pétrole, mais cette sélection exceptionnelle de qualité ne peut faire qu’honneur à cet espace régalien.

Lire aussi : https://lagoradesarts.fr/-L-Hotel-de-la-Marine-ancien-garde-...

L’exposition se déroule dans quatre galeries, dans les espaces où étaient entreposées les tapisseries des collections royales au temps du Garde-Meuble. Un bel escalier de marbre mène à la première salle où pleuvent de minuscules feuilles d’acanthe dorées. Ne cherchez ni Zeus ni Danaé, mais émerveillez-vous des sept objets qui y trônent, plus raffinés les uns que les autres, symboles de valeurs civilisationnelles depuis longtemps disparues. Difficile de résister à leur énumération : une petite figurine de marbre blanc, datant d’il y a plus de 4000 ans, au doux nom de « Contemplatrice d’étoiles », en provenance de ce qui serait la Turquie actuelle ; un pendentif-masque maya, qui orna peut être un roi ; le portrait d’une reine du Bénin, du 16e siècle ; une tête royale en jaspe rouge du Nouvel Empire égyptien ; un rhython (vase à boire en forme de corne) anatolien en or vieux de presque 4000 ans ; et un adorable petit ours de la Chine des Han (visuel), dont l’humble posture ne préfigure pas l’arrogance de la Chine actuelle. Dernier objet de ce tour du monde, « Figure en marche », dont l’origine et la datation sont encore en question. Giacometti aurait apprécié !

Dans la deuxième salle, s’alignent 11 têtes, de matériaux et origines diverses. Aux deux têtes égyptiennes empreintes de spiritualité, s’oppose une tête africaine Nok au front immense, ou encore la tête en calcédoine de l’empereur Hadrien (visuel), créée à la demande de Frédéric II de Hohenstaufen, couronné souverain du Saint-Empire romain en 1220, qui ne s’estimait pas moins que digne successeur des empereurs romains.

La dernière galerie offre à notre regard contemporain ce que pouvait être une collection antique dans ces mondes trop souvent disparus : bijoux et ornements d’or et d’argent, aryballes pansus et pichets à vin, trésors accumulés lors de victoires guerrières, ou de mariages. Un nain accroupi en pierre peut-être serpentine, motif fréquent dans l’art mésoaméricain, capte le regard au milieu d’autres objets olmèques rappelant la riche exposition au Quai Branly il y a quelques mois.

Lire aussi : https://lagoradesarts.fr/-Les-Olmeques-et-les-autres-culture...

La galerie dédiée aux expositions temporaires accueille des trésors de l’Islam provenant des terres Omeyyades aux territoires Moghols, dans toute leur diversité. Attestant la richesse de ces cours islamiques, la calligraphie arabe côtoie d’exquises miniatures du sous-continent indien au 17e siècle. Une page bleue du Coran, offrant une sourate écrite à l’or dans le style coufique si reconnaissable par ses lignes droites, renvoie au bleu des céramiques d’Iznik, dans une vitrine voisine. Une coupe de jade a certainement permis à un empereur moghol de goûter le vin et on peut imaginer quel notable aurait revêtu, il y a presque mille ans, la robe de soie et de fourrure exposée comme un tableau. On attendra donc avec impatience les expositions bisannuelles d’artefacts en provenance de la même collection, puisque le cheikh a loué ces quatre salles pour les vingt années à venir.

Elisabeth Hopkins

Visuels : Ours, Chine, dynastie des Han occidentaux, 206 av. J.-C.-25 apr. J.-C., bronze doré, 7,6 x 7,8 cm © The Al Thani Collection 2018. All rights reserved. Photograph taken by Todd-White Art Photography.
Buste de l’empereur Hadrien, Tête : atelier de la cour de l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen, Italie du Sud, vers 1240. Torse : Venise, seconde moitié du XVIe siècle. Calcédoine, vermeil, émail, perles. H. 20,8 cm ; L. 18,8 cm ; prof. 9,5 cm. Collection Al-Thani © The Al Thani Collection 2018. All rights reserved. Photograph taken by Todd - White Art Photography.
Masque pendentif. Mexique ou nord de l’Amérique centrale ; culture maya, 200-600 apr. J.-C. Bois, jadéite, résine, coquillage (peut-être conche), nacre, coquille de spondyle, obsidienne, pigment rouge. Collection Al Thani. Photo D.R.

Archives des expos à Paris
spacer


Du 18 novembre 2021 au 19 janvier 2038
Hôtel de la Marine
2 Place de la Concorde
75008 Paris
Entrée : 13 €
Ouvert tous les jours de 10h30 à 19h
Nocturnes les vendredis jusqu’à 22h
La visite des galeries de la Collection Al Thani est incluse dans le parcours « Grand Tour » de l’Hôtel de la Marine.
www.hotel-de-la-marine.paris