L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

« Une sélection des meilleures expositions en France »

Expo en France

Eugène Dodeigne (1923-2015). Tendre humanité de pierre

Figure essentielle et singulière de la sculpture française contemporaine reconnue dans le monde entier pour ses sculptures monumentales en pierre bleue de Soignies, Eugène Dodeigne (1923-2015) est un artiste beaucoup moins « monolithique » qu’on ne le pense. Cette grande rétrospective à Roubaix le révèle dans toute sa richesse et sa diversité.

Monumentales et massives, les sculptures de Dodeigne (Français né en Belgique en 1923) paraissent à peine ébauchées, à première vue monolithiques. Dès qu’on s’en approche, qu’on tourne autour, on est d’abord saisi par l’incroyable énergie intérieure qu’elles dégagent. Puis par l’expressivité résultant des traces des outils qui ont dégrossi ces pierres de plusieurs tonnes que l’on peut découvrir tout particulièrement en se promenant dans le Nord (au Laac à Dunkerque, à l’arrière du musée des Beaux-arts à Lille, à la Fondation Septentrion à Marcq-en-Barœul, dans le jardin de la Piscine à Roubaix…), mais aussi aux Tuileries à Paris. Des coups qui témoignent de la lutte menée contre la matière pour donner naissance à des personnages d’une profonde humanité qui s’étreignent (Couple, 1993), pleurent (Les Pleureuses, 1979), s’appellent, se confient (Confidence, 1986). Pour Dodeigne, il ne s’agit pas de montrer des visages, ni des anatomies précises, mais de faire jaillir des émotions de ces figures totémiques aux formes abstraites et dépouillées inspirées par l’art primitif, de ces têtes et corps souvent courbés par les vicissitudes de la vie.

À l’âge de 13 ans, c’est aux côtés de son père marbrier que Dodeigne apprend le métier. Convaincu de son talent, ce dernier lui fait prendre des cours de dessin et de modelage à Tourcoing puis à Paris, à l’École des Beaux-Arts, dans l’atelier de Marcel Gimond (il sera reçu premier au concours d’admission à l’École des Beaux-Arts de Paris en 1943). Il fréquente les musées dont le musée de l’Homme, fasciné par l’art primitif qui va inspirer ses premières œuvres (Invocation, bois, 1948).

Après le bois, c’est à partir de 1955 qu’il commence à travailler la pierre qui deviendra très vite son matériau de prédilection, comme Constantin Brancusi dont il admire les formes épurées, stylisées, modernes dont il va s’inspirer. Il va faire de la pierre bleue de Soignie, aussi belle que dure à tailler, SA pierre. L’hiver, quand le froid l’empêche de sculpter à l’extérieur, il dessine, esquisse au fusain et ébauche à la terre les projets qu’il mettra en chantier les beaux jours revenus. Ses coups de crayon sont vigoureux, les corps qu’il dessine déjà taillés à vif.

Dans cette grande rétrospective, aux côtés des pierres de sa région de Soignies qui ont fait son succès (celles transportables cela va sans dire !), sont présentés des plâtres, bois, bronzes, terres cuites, dessins, peintures et éléments de mobilier, tandis que ses réalisations architecturales sont également évoquées (il a construit ses deux maisons), embrassant en 185 œuvres – l’ensemble le plus important jamais rassemblé – près de soixante ans de création d’un artiste qui, dès le début des années 1960 a exposé à la Galerie Claude Bernard, à la Galerie Pierre, à la Galerie Jeanne Bucher, puis à Berlin, Hanovre, Rotterdam, Bruxelles et Pittsburgh. Un artiste enfin montré dans toute sa richesse et sa diversité.

Catherine Rigollet

En attente de la réouverture du musée, visite commentée en ligne par Germain Hirselj, commissaire de l’exposition : https://www.roubaixxl.fr/visite-guidee-de-lexposition-deugen...

Visuels : Eugène Dodeigne, Deux mains, 1974, bronze, collection particulière. Photo : A. Leprince.
Eugène Dodeigne, sans-titre, 1995, fusain, collection particulière. Photo G.H.
Eugène Dodeigne, La Mère et Bondues, 1964, Bronze à la cire perdue Collection particulière © ADAGP Paris 2020.

Archives des expos en France
spacer


Du 15 décembre 2020 au 28 mars 2021
PROLONGATION JUSQU’AU 16 MAI
La Piscine – Musée d’art et d’industrie A. Diligent
27, rue de l’Espérance 59100 Roubaix
Mardi à jeudi : 11h à 18h
Vendredi : 11h à 20h
Samedi et dimanche : 13h à 18h
Tarif plein : 11€ (expo et collections permanentes)
www.roubaix-lapiscine.com