L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

« Une sélection des meilleures expositions du moment en Europe. L’occasion d’une escapade d’un week-end. »

Expo à L'étranger

Golden Boy Gustav Klimt. Inspired by Van Gogh, Rodin, Matisse…

Gustav Klimt (1862-1918), homme épris de liberté et d’innovation, ne fut pas un génie solitaire enfermé dans son atelier comme on le raconte souvent, mais un artiste dont l’œuvre s’est épanouie grâce aussi à l’inspiration d’artistes internationaux dont Rodin et ses lignes sensuelles, Matisse et ses couleurs audacieuses ou encore Van Gogh. Tel est le propos de cette exposition que lui consacre le musée Van Gogh à Amsterdam.

Célèbre artiste de la Vienne impériale de la fin du siècle, siège de la double monarchie des Habsbourg, Gustav Klimt est aussi considéré comme l’un des artistes les plus innovants de l’histoire de l’art moderne. Il est propulsé sur le devant de la scène artistique en 1897 en prenant la tête du mouvement dit des « sécessionnistes », qui aspire à régénérer l’art en profondeur, en s’ouvrant notamment aux différents courants internationaux de la modernité. Son œuvre sera marquée par la prééminence de l’ornementation, la couleur, les portraits de femmes chargés d’érotisme et l’utilisation massive de l’or, comme dans Le Baiser, l’un des tableaux les plus célèbres au monde…Et La Frise Beethoven. Une reproduction grandeur nature de la frise (34,14 m de long sur 2,15 m de haut en sept panneaux) figure dans l’exposition, accompagnée d’un certain nombre d’études préliminaires. La Frise Beethoven, représentant la Neuvième Symphonie, destinée à illustrer un décor pour un monument en mémoire du musicien est le prélude à la « période dorée », dans laquelle Klimt utilise la feuille d’or dans ses peintures. Un goût pour l’or qui lui vient certainement de son père, orfèvre viennois et qui donne à ses toiles un aspect d’icônes byzantines.

La femme, fatale ou fragile, tient une place essentielle dans l’œuvre de Klimt ; une place largement influencée par le symbolisme provenant de France et de Belgique et qui a trouvé, dans cette Vienne hautement culturelle et sensible à la psychanalyse de Freud, un terreau fertile. Le tableau Serpents d’eau II (1904), exposé au public pour la première fois en 60 ans est l’un des points forts de l’exposition. Est aussi présent le chef-d’œuvre de la période dorée, Judith (1901), la toute première œuvre dans laquelle Klimt a expressément incorporé de l’or. L’inspiration pour le tableau est l’héroïne biblique éponyme, qui a libéré son peuple en décapitant Holopherne. Klimt dépeint Judith comme une femme juive forte et confiante au centre de la société. Il va accepter de nombreuses commandes de la bourgeoisie juive, se distanciant ainsi de la noblesse conservatrice et de l’establishment à une époque où l’antisémitisme et le nationalisme sont monnaie courante. Ses représentations explicites de la sexualité et de l’autonomie féminines sont un autre rejet des conventions traditionnelles.
L’élégant Portrait d’Hermine Gallia (1903-1904) ouvre un nouveau style. La peinture est influencée par les portraits féminins raffinés de Whistler et par l’impressionnisme. Klimt a aussi été inspiré par la façon dont Henri de Toulouse-Lautrec et d’autres artistes ont représenté les femmes parisiennes. L’exposition comprend également des œuvres de renommée mondiale telles que Eugenia Primavesi (1913) et Adele Bloch-Bauer II (1912). Les peintures sont grandes, puissantes et expressives, avec des motifs décoratifs remplissant l’arrière-plan. Autre œuvre clé de l’exposition, le Portrait d’Emilie Flöge (1902), créatrice de mode et femme d’affaires. Klimt a passé d’innombrables étés avec elle au lac Attersee, non loin de Salzbourg, où il a également produit de nombreux paysages. L’influence de Van Gogh dans les œuvres colorées de Klimt se révèle dans les larges coups de pinceau empâtés, comme le tableau de 1912 Avenue to Schloss Kammer.

L’exposition se termine par le tableau monumental La Mariée (1918). L’œuvre fut laissée inachevée sur le chevalet à la mort de Klimt, à 56 ans, en 1918. Du vivant de l’artiste, Vienne était devenue une métropole européenne et un creuset de différents peuples et cultures. Pourtant, dans les décennies qui ont suivi la mort de Klimt, le monde de liberté et de progrès qu’il avait contribué à façonner allait s’effondrer. Certaines des œuvres de Klimt ont été volées par les nazis, et d’autres dispersées dans le monde entier.

Catherine Rigollet

Archives des expos en europe
spacer

Infos pratiques
Du 7 octobre au 8 janvier 2023
Musée Van Gogh
Museumplein 6, Amsterdam
Du lundi au jeudi : de 9 h à 17 h.
Du vendredi au dimanche : de 9 h à 18 h
Tarif plein : 20€
www.vangoghmuseum.nl

Visuel : Gustav Klimt, Judith, (détail), 1901. Huile et feuilles d’or sur toile, 84 x 42 cm, Belvedere, Vienna.
Gustav Klimt, Water Serpents II, 1904, reworked 1906-07. Huile sur toile, 80 x 145 cm, Private collection, Courtesy of HomeArt.
Gustav Klimt, Avenue to Schloss Kammer, 1912. Huile sur toile, 110 x 110 cm, Belvedere, Vienna.