L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

« Une sélection des meilleures expositions du moment en Europe. L’occasion d’une escapade d’un week-end. »

Expo à L'étranger

Raphaël (1483-1520). Rétrospective à la National Gallery

Sa vie fut courte, son travail prolifique et son héritage immortel. Peintre, dessinateur, architecte, archéologue et poète, Raphaël (1483-1520) a su capturer dans son art l’humain et le divin, l’amour et l’amitié, l’apprentissage et le pouvoir.
Né à Urbino, Raffaello Santi, fils du peintre Giovani Santi, développe son art dans l’atelier du Pérugin à Pérouse. En 1504, il part compléter sa formation à Florence où se trouvent Michel-Ange et Léonard de Vinci. Il réalisera une synthèse parfaite entre le naturel des expressions de Pérugin et le sfumato des contours de Vinci, apportant sa touche personnelle faite de douceur et de coloris subtils. Son sens de la finesse, de l’harmonie et de la sérénité rarement égalé fit dire au peintre maniériste et historien Giorgio Vasari (1511-1574) que Raphaël était « touché par la grâce ». Son héritage est immense.

On lui doit notamment la décoration des chambres pontificales, les « stanze », au Vatican. Des portraits d’hommes (Balthasar Castiglione, vers 1514-1515. Musée du Louvre). Ses madones sont d’une incroyable délicatesse, telles La Perla (musée du Prado à Madrid), la Madone Sixtine, 1513-1515 ou encore la Vierge à l’Enfant avec le petit saint Jean-Baptiste, dite « La Belle Jardinière », 1507 ; une pépite du Louvre acquise par François 1er. Autre célèbre toile, l’Autoportrait avec Giulio Romano, l’assistant préféré de Raphaël dont il fit son héritier. C’est en pleine gloire, entouré de son atelier, que le jeune homme, à peine âgé de 37 ans, est victime d’une fièvre maligne. L’histoire raconte qu’il aurait plutôt été victime de son ardeur sexuelle avec sa maîtresse, la Fornarina, fille d’un boulanger de Sienne, dont il a fait un voluptueux et érotique portrait.

Les dernières années du peintre ont fait l’objet d’une grande exposition au Louvre en 2012 (https://lagoradesarts.fr/Raphael-Les-dernieres-annees.html). En 2020, le musée Condé du Château de Chantilly (dont les œuvres ne sortent pas), qui possède trois chefs-d’œuvre de Raphaël, des œuvres précoces influencées par son maître Pérugin : Les Trois Grâces (vers 1503-1504), La Madone de la maison d’Orléans (vers 1506) et La Madone de Lorette (vers 1510), mettait en lumière les dessins de Raphaël (https://lagoradesarts.fr/Raphael-a-Chantilly-Le-maitre-et-ses-eleves.html)
En 2022, la National Gallery lui consacre une exposition majeure où sont exposés des peintures et dessins parmi les plus célèbres, mais aussi ses travaux d’architecture, de poésie et de sculpture. Toutefois, à la suite de l’invasion russe en Ukraine, La Sainte Famille (1506-1507), une œuvre majeure de Raphaël, n’a pas été prêtée par la Russie.
Initialement prévue pour octobre 2020, l’année qui a marqué le 500e anniversaire de la mort de Raphaël, cette exposition est la première à explorer la carrière complète de ce géant de la Renaissance italienne. Un événement.

Catherine Rigollet

Visuel : « Étude pour la tête d’un apôtre pour »La Transfiguration", vers 1519–20. Collection privée, New York. Photo Tim Nighswander/IMAGING4ART.
Raphael, Sainte Catherine d’Alexandria, vers 1507 © The National Gallery, London.

Archives des expos en europe
spacer

Infos pratiques
Du 9 avril au 31 juillet 2022
National Gallery
Tous les jours, 10h-18h
Vendredi jusqu’à 21h
https://press.nationalgallery.org.uk/